dimanche, janvier 22, 2006

Alchimie : une curieuse réaction

Tous les mots vous le diront : la vie dans un dictionnaire n’est pas très folichonne. “Fessée”, comme les autres, eut tôt fait de s’en émanciper pour courir les œuvres littéraires, et connut vite un certain succès. Et contrairement à des mots comme “palimpseste”, certes fort respectable et respecté, mais qui a quelque difficulté à sortir de son pré carré, “fessée” sut s’imposer discrètement, mais partout ou peu s’en faut. On le trouva bientôt dans des œuvres classiques, dans des œuvres légères, dans des pièces de théâtre, dans de très sérieuses études de sociologie ou de psychologie, dans la littérature enfantine, dans la poésie, et même, foin de l’hypocrisie, dans bien des œuvres du troisième rayon. Sans oublier les magazines de tout poil, qui apprirent à compter sur lui, bien en place sur la couverture, pour fouetter leurs ventes ! Et dans tous ces cas, “fessée” savait s’adapter à la situation et y apporter sa touche, tel un grand acteur passant avec aisance d’un personnage à l’autre.
Prenons par exemple cette histoire. Une réunion de famille dominicale, un peu ennuyeuse, comme le sont souvent les réunions de famille dominicales. Profitant de la torpeur de l’après-dessert, le jeune héros entraîne sa jolie cousine dans sa chambre. Pour l’impressionner, il fait appel à ses talents de petit chimiste. Le feu d’artifice est réussi, même au delà de ses espérances. L’incendie est évité de peu, grâce à l’intervention parentale. Mais cette dernière ne se limite pas à l’extinction d’un feu : elle va en créer deux autres, ce qui est quelque peu injuste si l’on songe que la jolie cousine est en tout point innocente. il s’en suit une scène sur laquelle, par égard envers la pudeur de nos deux infortunés héros, nous ne nous étendrons pas, sinon pour dire que l’inconfort de la situation a pour compensation quelques aperçus inespérés. Notre chimiste en herbe et sa jolie cousine peuvent de visu constater une réaction autrement plus intéressante que le virage d’un papier réactif : en présence d’une fessée, les fesses virent aux fesses.

Aucun commentaire: