dimanche, mars 26, 2006


Geneviève Kormann

Le tiroir que l’on ouvre. Cachées tout au fond, des lettres, entourées d’une faveur.
En lisant “Mémoire à quatre mains des désirs d’un homme”, de Geneviève Kormann, le tiroir s’ouvre, la faveur est dénouée, les lettres sont une à une sorties de leur enveloppe et dépliées sous nos yeux. Elles se succèdent, sensuelles, taquines, tendres, amoureuses toujours. Lire ce livre, c’est commettre une indiscrétion, c’est croquer dans une pomme interdite, en cachette. Ne vous privez pas plus longtemps de ce plaisir.

2 commentaires:

GKormann a dit…

Genevieve Kormann, auteur de ces "Mémoires à quatre mains", je tombe tout à fait par hasard sur votre critique et tenais à vous dire combien elle m'a touchée, sincèrement...Mais qui êtes-vous et comment ces lettres-là se sont retrouvées entre vos mains? telles sont les questions que je me pose...Peut-être y répondrez-vous? Vous signaler toutefois qu'à ces mémoires (lettres d'un homme) a succédé l'ouvrage "Une exclusive escale: lettres à l'homme qui libérait les rêves" (pendant féminin de cette correspondance)...Peut-être une réponse de vous? AVEC TTE MA GRATITUDE bien à vous GenevieveK

amourcuisant a dit…

Quelle surprise extraordinaire que ce message de vous!
Comment ces lettres se sont retrouvées entre mes mains ? Je les ai trouvées un jour d'été, dans une librairie de Nantes. Si mon souvenir est bon, il était du côté de la poésie, et c'est en tout cas là que je le classerais si j'étais libraire. Je les ai lues et relues, ces lettres, et je me suis même permis d'imaginer une réponse qu'aurait écrite la dame... J'espère que vous ne m'en voudrez pas. J'ai depuis eu le plaisir de lire "Une exclusive escale". Qui sait, un jour peut-être oserai-je vous demander de les dédicacer ?
La gratitute est mienne.