samedi, octobre 28, 2006

AFFAIRE CHAPERON ROUGE : LA VÉRITÉ

Dans l’Affaire Chaperon Rouge, on pensait que tout avait été dit. Le dossier était clos. Jusqu’à ce que notre reporter ait l’idée de rassembler et de questionner les principaux protagonistes de ce fait divers célèbre. Le résultat : une série d’interviews croisées explosives, qu’à ce jour aucune chaîne de télévision n’a accepté de diffuser. La vérité dérangerait-elle ? Voici en exclusivité pour nos lecteurs la retranscription intégrale de ces entretiens.
A.C. : Tout d’abord, merci à vous d’avoir accepté cette réunion. Je vous propose de donner la parole en premier lieu à Mère-Grand. Mère-Grand, n’y allons pas par quatre chemins, dans l’Affaire Chaperon, vous êtes-vous sentie manipulée ou même trahie ?
Mère-Grand : Non, je vous remercie. Je n’ai plus de dents vous savez. Pas de bonbon acidulé. Ou plutôt si, je vais en prendre un pour ma petite fille.
Madame Rouge : Excusez-moi d’intervenir : Mère-Grand est sourde comme un pot. Il faudra poser vos questions plus fort.
A.C. : Madame Rouge. Puisque vous avez pris la parole, quand vous avez appris, au soir de cette désormais lointaine journée, les détails de cette dramatique affaire, quelle a été votre réaction ?
Madame Rouge : Comment vous dire ? D’abord j’ai fondu en larmes, et en même temps j’étais folle de joie que Chaperon soit indemne. Et puis en colère aussi : pourquoi m’avait-elle désobéi ? Aussi je vous l’avoue, j’ai...
Chaperon Rouge : Arrête maman ! Ces messieurs-dames n’ont pas envie de connaître tous les détails. L’important est que tu étais soulagée.
A.C. : Mademoiselle Chaperon, on a beaucoup glosé sur votre insouciance. Certains ont même parlé d’inconscience. À aucun moment vous n’avez hésité à répondre aux avances de Méchant Loup ?
Méchant Loup : Permettez-moi de préciser que Chaperon ne m’a pas “répondu” : c’est elle qui m’a adressé la parole en premier.
A.C. : Ce n’est pas ce que dit l’histoire.
Méchant Loup : Il ne faut pas croire tout ce qui est écrit dans le journal. Je me promenais dans les bois, pendant que j’y étais, puisque si j’y étais, j’y mangerais. Or justement j’avais faim. Et voilà Chaperon qui...
Chaperon Rouge : Oui, je reconnais que c’est moi qui ai vu Méchant Loup en premier et qui l’ai appelé.
Madame Rouge : Oh, mais tu ne m’avais jamais dit ça ! Si j’avais su, je peux te garantir que tu aurais...
Chaperon Rouge : Maman ! C’est du passé, il y a prescription ! En fait, l’idée, c’était que ce soir-là, il y avait le Grand Bal du Quatorze Juillet, et je voulais que Méchant Loup m’y accompagne.
Le Chasseur : Et pourquoi que tu m’as pas demandé à moi, de t’accompagner au bal ?
Chaperon Rouge : Tu t’es regardé ? T’as vu ta tronche ? Aller au bal avec un fonbou comme toi ?
Madame Rouge : Chaperon ! Qu’est-ce que c’est que ce langage !
Chaperon Rouge : Oh ça va m’man, lâche-moi !
A.C. : Allons, allons, dépassionnons le débat. Méchant Loup, avez-vous accepté la proposition de Chaperon ?
Méchant Loup : J’avais faim. Elle m’a proposé une galette et un petit pot de beurre si j’acceptais : j’ai accepté.
A.C. : Ce n’est pas ce qui est écrit dans l’histoire !
Madame Rouge : Oh ça par exemple ! La galette et le petit pot de beurre que je t’avais donnés pour ta grand-mère, tu les a donnés à ce voyou ? Espèce de petite dévoyée, attends que nous soyons rentrées à la maison et...
Chaperon Rouge : M’man, je t’en prie ! Arrête, tu me fous la tehon devant tout le monde !
Madame Rouge : Qu’est-ce que je viens de te dire ? Où as-tu appris à parler aussi mal ?
Le Chasseur : On peut boire quelque chose ? Un kir ? Il fait soif ici.
A.C. : Oui bien sûr, des rafraîchissements vont vous être proposés. Pour en revenir à vous Mère-Grand, lorsqu’au lieu de Chaperon, vous avez vu Méchant Loup faire irruption dans votre chambre, quelle a été votre réaction ?
Mère-Grand : Un polisson ? Oui, c’est un polisson, vous pouvez le dire.
A.C. : Méchant Loup, pourquoi être allé chez Mère-Grand ? N’alliez-vous pas vous jeter dans votre propre gueule ?
Méchant Loup : C’était pour rendre service à Chaperon. Il fallait bien expliquer la disparition de la galette et du petit pot de beurre. On s’est dit qu’on allait raconter que j’avais dévoré Chaperon, comme ça le tour était joué, plus personne ne penserait à s’inquiéter pour la galette et le petit pot de beurre.
A.C. : Donc, vous n’avez pas dévoré Chaperon ?
Chaperon Rouge : Si, il m’a dévorée. De baisers. Hein mon grand Loup ?
Madame Rouge : Comment peux-tu... Comment osez-vous... Toi et ce voyou... Attends un peu que ton père apprenne ça !
Méchant Loup : Madame Rouge, je rembourserai la galette et le petit pot de beurre.
Madame Rouge : Pas un mot de plus, sauvageon !
Méchant Loup : Et je tondrai votre pelouse.
Madame Rouge : La pelouse ? Deux fois par mois ? Pendant cinq ans ?
Méchant Loup : Oui, m’dame, deux fois par mois. Pendant cinq ans et plus si vous voulez. Vous pouvez compter sur moi.
Madame Rouge : Bon, alors je veux bien passer l’éponge. Et si tu veux que mon mari la passe aussi, tu laveras aussi la voiture quand tu auras fini la pelouse. Quant à toi, petite dévergondée, tu ne perds rien pour attendre !
Chaperon Rouge : C’est pas vrai, j’hallucine !
Le Chasseur : Je peux avoir un autre kir ? Et des cacahuètes ?
A.C. : Et vous, monsieur le Chasseur ? Quel a été votre rôle exact dans cette affaire ? On a dit que vous aviez tiré sur Méchant Loup ?
Chaperon Rouge : Lui ? Il n’a jamais réussi à entrer dans la maison ! Il était tellement chtarbé qu’il n’arrivait même pas à distinguer la bobinette de la chevillette !
A.C. : Il y a pourtant eu des coups de feu ?
Chaperon Rouge : C’était des pétards. Des gros. Des Pirates. J’en avais piqué chez la Mère Michel, pendant qu'elle cherchait son chat.
Madame Rouge : C’est un comble ! Et voleuse avec ça !
Le Chasseur : Vous avez des olives ?
Mère-Grand : (En aparté à Mme Rouge) Mais ma parole, ce n’est pas ce polisson de Méchant Loup qui est en train de bécoter Chaperon ? Comme il a grandi, je le reconnaissais à peine ! Il a fière allure, tu ne trouves pas ?
Madame Rouge : (En aparté à Mère-Grand) Ah non ! Tu ne vas pas t’y mettre toi aussi ! (S’adressant à Chaperon et Méchant Loup) Et vous deux, non mais où vous croyez-vous ? Dans une chanson de Brassens ? Je peux te garantir que ce soir à la maison, tu vas en chanter une autre, de chanson !
Chaperon Rouge : M’man ! J’ai plus dix ans !
A.C : Pour conclure, peut-on dire que si l’Affaire Chaperon a laissé des traces dans les mémoires, ces traces ne sont pas forcément conformes à la réalité ?
Madame Rouge : Vous n’avez qu’à demander à cette insupportable petite insolente si elle n’a pas encore en mémoire la trace de mes cinq doigts en rouge sur ses fesses ! Chaperon Rouge ! Elle n’avait jamais autant mérité son nom que ce soir-là, je vous le dis ! Quand je pense que j’ai eu des remords, que j’ai cru avoir été trop sévère !
Chaperon Rouge : Maman ! Tu n’es pas obligée de raconter ça au monde entier !
Madame Rouge : Si je veux ! C'est encore moi qui commande, figure-toi. Et si je veux lui raconter aussi, au monde entier, ce qui va t’arriver tout à l’heure, je...
Méchant Loup : Et si je fais la vaisselle, vous passez aussi l’éponge pour Chaperon ?
Madame Rouge : Lavée et essuyée. Mais ce soir au pain sec et à l’eau. Tous les deux.
Chaperon Rouge : (soupir).
A.C. : Mesdames, mademoiselle Chaperon, messieurs, merci.

Photographie : Ellen von Unwerth a surpris Chaperon Rouge et Méchant Loup à leur arrivée dans nos studios.

© Amour Cuisant 2006

3 commentaires:

meliemelo a dit…

J'adore cette histoire du Chaperon Rouge revisitée par votre reporter. Ca c'est du travail d'investigation !
Je m'en doutais que ce n'était pas clair. Parce que le coup de la galette de beurre nantaise et de la confiote de coings, il faut pas pousser hein..

amourcuisant a dit…

Mélie, je peux vous dire que notre reporter frétille d'aise à ce compliment :-)

Kochris a dit…

Géniale cette nouvelle version du Chaperon Rouge...

Une question m'intrigue toutefois, votre reporter pourrait-il appronfondir Monsieur Cuisant ?
Madame Rouge et Mère-grand ont l'air de bien connaitre le Loup ...Elles semblent l'avoir connu jeune ? Quand est-il ???