dimanche, juillet 23, 2006

mercredi, juillet 19, 2006

Bubble Star

A.C. : Professeur Shoubidoua, pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce que représente cette image ?
Prof. Shoubidoua : Le document que vous avez sous les yeux est une photo prise il y a une semaine par le télescope Bubble à quelques encablures d'Alpha du Centaure. Elle représente une magnifique fessée en pleine phase d'expansion. C'est une première dans l'histoire de la science.
A.C. : Comment un tel exploit a-t-il été possible ?
Prof. Shoubidoua : Comme souvent dans l'histoire des sciences, c'est un pur hasard. Je vous rappelle que la mission initiale de Bubble est de localiser Cirrus Minor. Il y a quelques semaines, sa route a croisé celle d'un vieux navire spatial quelque peu brinquebalant, la Rossinante, lui aussi en quête de cet objet céleste. L'équipage de la Rossinante nous a convaincus que la direction à prendre était Alpha du Centaure en raison de l'orientation de l'aile du moulin. On peut dire que cette fessée s'est invitée à l'impromptu dans le programme de Bubble!
A.C. : Quels renseignements importants nous apporte ce document ?
Prof. Shoubidoua : Oh mais une infinité! Si nous commençons à mieux comprendre certains phénomènes comme les trous noirs, les naines blanches ou les géantes rouges, dans le domaine des fessées tout reste à découvrir.
A.C. : On dit parfois que pour une fessée, il n'est pas indispensable de tout découvrir ?
Prof. Shoubidoua : Tout est question d'opportunité. Pour en revenir à cette photo, ce qui est extraordinaire, c'est la richesse des couleurs. On était jusqu'à ce jour persuadé qu'une fessée était essentiellement rouge, or il n'en est rien, la gamme chromatique est très riche. Au passage, rendons hommage à l'expression populaire qui, non sans humour, désigne une fessée sous le terme de "feu d'artifesses". Autre point tout à fait remarquable : dans le coin droit de la photo est encore bien visible l'étincelle qui a mis le feu aux poudres, cela alors même que la fessée est déjà bien épanouie. Il ne manque que le son, mais nos amis des stations de radiotélescopes sont sur la brèche et il ne m'étonnerait pas que bientôt nous puissions entendre les pulsations d'une fessée aussi magnifique que celle-ci.
A.C. : Professeur, merci pour votre commentaire et votre enthousiasme.

dimanche, juillet 09, 2006

lundi, juillet 03, 2006












NAISSANCE D’UNE FESSÉE AU ZOO DE CARRESSE
En hommage à Pierre Gripari et Claude Lapointe.

L'événement est de taille, mais elle est encore tout petite : elle s’appelle Ada et pèse 350 g. Elle est venue au monde au zoo de Carresse. Commentaire de monsieur Pougachov, le directeur du zoo :
- Elle est en pleine forme, très vive. Pour le moment, elle est au biberon, car la mère est un peu fatiguée. Dans six semaines, elle commencera à manger des albicocos.
La naissance d’une fessée dans un zoo, c'est une première mondiale. Il est vrai qu’à Carresse, les conditions de vie des fessées sont particulièrement favorables à leur bon équilibre : on ne peut parler de captivité au sens strict du terme, puisqu’elles ont à leur disposition un vaste espace comprenant un plan d’eau et une île artificielle plantée d’arbres à albicocos, leur friandise préférée. Les visiteurs du zoo peuvent les admirer sans risque à condition de ne pas franchir la barrière basse limitant symboliquement leur territoire. À ce propos, rappelons l’incident qui s’est déroulé l’année dernière dans ce même zoo : un bambin ayant échappé à la surveillance de ses parents avait réussi à se glisser sous la barrière et avait commencé à explorer le territoire des fessées. Plusieurs personnes eurent tôt fait de le remarquer s’avançant inconsciemment vers le danger, mais avant même que l’alerte ne fût donnée, une imposante fessée fondit sur lui et le protégea de son aile contre les velléités éventuellement agressives d’autres fessées plus nerveuses alentour. Et elle le ramena sans une égratignure à ses parents, qui en pleuraient de joie. Sa mère confia à un journaliste :
- Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie. Un instant, j'ai craint le pire... enfin... que cette fessée... Mais, vous savez, elle l’a protégé, et elle l’a ramené avec une délicatesse incroyable. Je crois qu’il n’a pas même compris ce qui s’était passé : en tout cas lui n’a pas eu peur. Il riait aux éclats !
Elle a ajouté lors d’une autre interview :
- J’avais beaucoup de préjugés vis-à-vis des fessées, mais je me rends compte que je me trompais. Je crois même que je vais en adopter une pour la maison.
Commentaire de monsieur Pougachov :
- Les fessées ont un instinct maternel très développé. Cet incident n’a en fait rien d’étonnant. Mais il n’est pas sûr qu’un adolescent ou un adulte qui serait entré là par pure provocation s’en serait tiré à si bon compte.

Le zoo de Carresse peut s’enorgueillir de rentrer ainsi une deuxième fois dans le Livre des Records. Rappelons qu’il héberge en effet la plus vieille fessée connue au monde, Zita, qui a 178 ans. Monsieur Pougachov :
- Zita a un passé prestigieux. Elle portait autrefois le titre de “K.u.k. Tracht Prügel” (Fessée Impériale et Royale). Elle nous a été léguée par les descendants d’une famille régnante d’Europe, sous le couvert de l’anonymat, au début des années 1980. À cette époque, les fessées n’avaient pas bonne presse et beaucoup de gens se sont débarrassés d’une façon ou d’une autre de celles qu’ils avaient chez eux. Zita a eu de la chance d’arriver ici. Elle s’est très bien acclimatée et je vous assure que vous ne lui donneriez pas son âge. Mais vous ne la verrez pas. Elle se méfie des hommes depuis qu’elle a été abandonnée et ne se laisse approcher que par quelques personnes qu’elle connaît bien, et encore : elle ne se montre que si la fanfare du zoo joue la Marche de Radetzky. Rendez-vous compte que cette fessée a traversé toute l’histoire de l’Europe depuis près de deux siècles ! Mais c’est en 1848 et en 1968, lorsque les rejetons royaux s’avisèrent d’afficher leurs sympathie pour la cause révolutionnaire, qu’elle aurait le plus servi. On dit aussi qu’elle aurait enflammé certaines amours, impériales s’il vous plaît, mais ceci est une autre histoire, ajoute monsieur Pougachov avec un petit sourire entendu.

Bienvenue à Ada, et bravo au zoo de Carresse, qui, gageons-le, continuera longtemps à faire rêver petits et grands.

Nous vous rappelons que des rafraîchissements et des friandises vous sont proposés à l’entrée du zoo, près du kiosque à musique.
Merci de ne pas lancer de nourriture aux fessées.

© Amour Cuisant 2006