mercredi, février 21, 2007

4 Août ? Vous avez dit quat' roues ?

Au sortir du Jardin des Tuileries. Les piétons attendent le signal vert qui les autorisera à traverser la Place de la Concorde. Certains ont l'insouciance des promeneurs. D'autres ont l'air pressé et affairé que donne le retard pris à un rendez-vous. Des enfants se chamaillent. Le petit bonhomme se met au vert. Piétons, traversez. Chacun s'apprête à s'élancer. Quand soudain déboule en trombe une escorte de motards, entraînant dans son sillage la voiture d'une obscure ambassade. Attendez, piétons. Oui, mais le petit bonhomme est au vert. Piéton, le vert petit bonhomme n'a pas force de loi quand s'avancent de ce monde les puissants. Pour eux, point de feu rouge qui vaille. Et cela, souviens-t'en, ne vaut pas que sur la route.
Comme notre société est curieuse, qui par une nuit d'été a aboli les privilèges, pour dès le lendemain les redistribuer et en inventer d'autres. Car cette même scène aurait pu avoir lieu il y trois siècles, cavaliers en tête et carrosse à pleine allure, éclaboussant de boue la gueuserie ébahie sur le bord de la route. Et bien heureux s'ils n'ont pas du bâton.
Alors oui, décidément, La Fontaine est encore à la page, qui sait si bien nous parler des paradoxes et des vanités de notre tout petit monde.
Lucchini sait être être prodigieusement exaspérant, quand il cabotine à l'excès par exemple, ou quand il se lance dans son panégyrique littéralement obsessionnel et totalement délirant du sinistre Destouches. Mais là, il faut le reconnaître, l'écouter est un bonheur. Les mots de La Fontaine sont dans sa bouche comme autant de bonbons acidulés dans la bouche d'un môme gourmand, tellement gourmand qu'il les avale parfois un peu trop vite, mais qu'importe, on lui pardonnera cette impatience vénielle. Il est évident qu'il y prend du plaisir. Et il sait nous le faire partager.

2 commentaires:

Kochris a dit…

Il est clair que l'abolition des privlièges est en leurre ....
Bonne soirée à vous Amour Cuisant

amourcuisant a dit…

Il est un privilège auquel je ne renoncerai pas : c'est votre amitié :-)