jeudi, février 01, 2007

Actualité heureuse : le télésiège chauffant de Madame Paule

Aux Karellis, le vieux télésiège de Porte Brune a été démonté l’année dernière. Il était dépassé. Les remontées mécaniques d’antan font place à des télésièges chauffants, comme les manèges de chevaux de bois laissent la place aux attractions à sensations fortes. Mais il y a un “mais”, car sans le télésiège de Porte Brune, fini l’accès facile aux Faysses ! J’en vois au moins deux qui semblent croire que je galèje. Vous n’avez qu’à aller vérifier vous-même ici :

http://www.ski-karellis.net/rm/tsf/8-telesiege-de-porte-brune-.html


Heureusement, il n’y pas lieu de se décourager : madame Paule Hisson a décidé de sauver la situation. Nous sommes allés l’interroger.


A.C. : Madame Paule, bonjour. Vous avez donc décidé de préserver coûte que coûte l’accès aux Faysses ?

Madame Paule : Bonjour. Oh vous savez, je suis en retraite, et c’est pour moi l’occasion de m’occuper tout en me rendant utile.

A.C. : De la fenêtre auprès de laquelle nous sommes assis en train de bavarder en buvant une tasse de thé - et nous vous en remercions - nous apercevons votre remontée mécanique. Peut-on la qualifier de désuète ?

Madame Paule (en riant) : Désuète, c’est le mot. Vous pouvez même dire que c’est une antiquité. Je l’ai eue pour une bouchée de pain, et ce sont des amis, aidés par les gens du coin, qui m’ont aidée à l’installer.

A.C. : Je décris pour nos lecteurs : il s’agit d’une remontée mécanique comptant cinq pylônes, et qui amène les sièges en haut des Faysses. Ces sièges, justement, risquent de surprendre les vacanciers habitués au confort des remontées les plus modernes. Pas de banquette rembourrée, mais de simples lattes de bois. À l’heure des télésièges chauffants, ne craignez-vous pas de décourager les skieurs avec un régime aussi spartiate ?

Madame Paule : Mais cher monsieur, détrompez-vous. Mon télésiège est chauffant. Et comme vous pouvez le voir, le public ne le boude pas.

A.C. : En effet, il y a une queue impressionnante.

Madame Paule : Et je peux vous assurer que la plupart de ces skieurs vont tellement apprécier les Faysses qu’ils vont redescendre illico ici pour un autre passage. Certains ont même renoncé aux forfaits habituels pour ne plus skier qu’ici !

A.C. : Cela paraît à peine croyable, mais force est de constater qu’en effet, la foule est au rendez-vous. On voit des familles, des gens un peu plus âgés, mais aussi, et c’est plus surprenant, des skieurs à l’air chevronné, et des skieuses qui ne dépareraient pas les pages "mode" des grands magazines. Au fait, les Faysses sont classées à quel niveau de difficulté ?
Madame Paule : C'est une piste blanche, avec quelques passages rouges.
A.C. :
Je crois vous avoir entendu dire que votre télésiège est chauffant ? Là, vraiment, on ne voit pas quel dispositif pourrait permettre de...
Madame Paule : Oui, oui, vous avez raison, “chauffant” n’est pas le terme exact. J’aurais dû parler plutôt de préchauffage.

A.C. : De préchauffage ? Expliquez-nous cela ?

Madame Paule : Oh c’est très simple. Comme vous le voyez, je procède à la vente et au contrôle des tickets et des cartes ici même, dans cette pièce, bien au chaud.

A.C. : Mais encore ?

Madame Paule : Eh bien, c’est très simple : toute personne qui achète un ticket ou une carte a droit à un préchauffage, renouvelable à chaque passage sans aucun supplément.

A.C. : Ah ça, madame Paule, mais comment donc procédez-vous ?

Madame Paule : Gros bêta que vous êtes ! De la façon la plus simple : à la main.

A.C. : Vous voulez dire que...

Madame Paule : Je veux dire exactement cela. Et je vous garantis que je sais y faire.

A.C. : Madame Paule, tout de même, doit-on comprendre que pour mener à bien ce préchauffage vous allez jusqu’à...

Madame Paule : Mais bien sûr ! Qu’alliez-vous imaginer ? Que je préchauffais par dessus ces combinaisons isothermiques ? Cela ne marcherait pas, voyons. Il faut bien entendu la retirer en partie, et la remettre en place aussitôt le préchauffage effectué. Ainsi l’isothermie remplit pleinement son rôle en en préservant le bénéfice pour un temps couvrant largement la montée, attente comprise. Oh et puis vous savez, ici, pas de chichis, pas de fausse pudeur. C’est à la bonne franquette. À présent mon ami, je vais être obligée de vous mettre à la porte, car sinon nous allons faire des impatients. Et j’espère bien vous voir prochainement les skis aux pieds : je vous offre une remontée, à vous et à tous les membres de votre équipe.

A.C. : Madame Paule, nous nous faisons par avance une joie de répondre à cette généreuse invitation. Merci de nous avoir reçus.

4 commentaires:

Kochris a dit…

Une fois de plus, le reporter Cuisant a su nous régaler avec cette histoire ....
Il y a quelques années que je n'ai pas mis les pieds aux Karellis ...
Me demande si je ne devrais pas y retourner ... L'accueil y est si... Chaleureux ;-))

amourcuisant a dit…

Kochris, si vous faites un effort pour parfaire votre christiana, pour vous récompenser, nous irons prendre un verre de vin chaud.

Kochris a dit…

Mmmmmm !!
je me rappelle ce vin chaud, que nous y avions bu après la descente aux fambeaux et l'arrivée de la flamme olympique ... Souvenirs ...

amourcuisant a dit…

Kochris, il y a tant de façons de se réchauffer après un passage sur les pistes enneigées :-)