samedi, juin 09, 2007

HALTE À L'IMPOSTURE : Il A OSÉ L'IMPROBABLE POSTURE !

Le monde politico-médiatique parisien a ses tics et ses codes. Parmi ces derniers, les codes de langage sont de première importance, puisqu'ils permettent à tout ce petit monde de se reconnaître et de s'identifier, et aussi de masquer le vide sidéral de leur discours. Dans la série des "mots obligés" de ces messieurs-dames, après la POSTURE, comme dans l'expression utilisée à propos de tout et de n'importe quoi "C'est une posture!", ou mieux "Ce n'est qu'une posture!" (encore mieux si vous parvenez à glisser "voilà" et "improbable" dans la phrase, ce qui pourrait donner "Ce n'est rien, voilà, qu'une improbable posture") est apparu récemment le LOGICIEL, et son corollaire, l'expression CHANGER SON LOGICIEL. Qui, journaliste, éditorialiste ou politique, n'emploie pas au moins une fois l'expression "changer son logiciel" lors d'un entretien est un plouc. C'est la gauche qui a lancé la mode : le PS doit impérativement changer son logiciel. Depuis, l'expression a fait flores et est désormais mise à toutes les sauces. Tout le monde veut changer son logiciel. Les étudiants, les syndicats, les chefs d'entreprise, les partis politiques en vue des législatives, les partis politiques après les législatives, les électeurs, et demain sans doute les oiseaux de basse-cour et les danseurs de tango.
Tout le monde doit changer son logiciel. Mais tout le monde n'y met pas la bonne volonté attendue. Ainsi, sur la photo exclusive que nous vous présentons, nous voyons un éléphant du PS qui s'est ASSIS SUR LE LOGICIEL !

Aucun commentaire: