jeudi, avril 10, 2008

Unissons-nous, et demain ...

À l'âge où l'on commence à lorgner vers le troisième rayon chez le marchand de journaux, j'ai un jour vu cette couverture, ce qui a aussitôt fait sérieusement accélérer mon rythme cardiaque. Comment, après cela, ne pas aimer le cyclisme ? J'ai pris mon courage à deux mains, et j'ai réussi à l'acheter en essayant le plus possible de prendre l'air du gars blasé, pas concerné, vous savez, j'achète ça, c'est pour passer le temps. Quand j'ai pu enfin l'ouvrir et le lire, j'ai dû le faire de la même façon qu'un gamin gourmand déballe à toute allure le carton de la pâtisserie qui contient le Saint-Honoré tant convoité.
Aujourd'hui encore, je trouve intacte la charge érotique de cette couverture, la beauté de la photo, son caractère provocateur, et ces deux mots, LA FESSEE, inscrits juste à l'endroit où le tissu s'arrête, et auxquels la couleur de la casquette, du titre, et des rouges baisers semble faire écho.
Union, à l'époque, affichait un ambitieux programme : la revue internationale des rapports humains. Groupons-nous, et demain, l'amour sera le genre humain ? À ce que je peux lire dans la presse ces jours-ci, plus de trente ans après, c'est toujours la guerre qui est à l'ordre du jour. Pour en revenir à Union, j'ai lu quelque part qu'à l'époque, c'était une seule et même personne qui en concevait la maquette, en écrivait les articles et en rédigeait le courrier. Je ne sais pas si cela est vrai, mais si c'est le cas, je pense que la collection de tous ces numéros, nés de l'imagination assez extraordinaire de cet auteur, pourrait faire un volume d'anthologie érotique tout à fait remarquable.
Le magazine Union a changé, mais il lui arrive encore, trop peu souvent à mon goût (je me demande ce que cela mérite), d'évoquer le jeu de paume. C'est le cas ce mois-ci, dans un article de Caroline René qui mêle érudition et humour, et dont je vous recommande la lecture. Caroline mentionne notre blog, ce qui bien sûr nous fait très plaisir. L'article est illustré de très belles photos de Red Charles, et se conclut par un sourire avec une BD mutine.


P.S. Caroline, je vous ai mis de côté un pot de confiture de roséine :-)

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Ah! Union !! ce magasine acheté discretement dans un tabac presse que l'on ne frequentait pas habituellement.. un petit regard à droite .. à gauche.. c'est bon ya personne !!
restait a passer à la caisse avec un air faussement détaché pour cacher l'adolescent rougissant !!
Tout une époque !!

herge

amourcuisant a dit…

Ah, le charme des lectures interdites...

sarahh a dit…

J'ai acheté "Union" ce matin, tout naturellement, sans rougir et sans honte, et j'ai noté que votre blog y était mensionné dans "petite sélection internet", bravo!

bisous

amourcuisant a dit…

Merci Sarahh. Je n'oublie pas que ce blog est là aussi grâce à celles et ceux qui me font le plaisir de venir le lire :-)

Lilou a dit…

je viens de découvrir sur votre site ce magazine : Union.
Merci, Amour Cuisant de nous en faire profiter, pour ceux et celles comme moi, qui ne connaissaient pas
Elle a bien raison, Caroline de dire : "délices des grands" ou encore : "A vos marques, prêts...Fessez!" lol.
Gros bisous a Toutes et a Tous,
Lilou.

amourcuisant a dit…

Bisous à vous, Lilou, et bonne lecture :-)

Anonyme a dit…

Tombée "par hasard" sur votre blog, je ne connaissais pas ce numéro vintage d'Union sur la fessée. Je suis bien contente que l'article vous ait plus (et les photos de FesRouge aussi!, sélectionnées par mes soins)

Pour le pot de roséine, je l'attends de fesse ferme :

Caroline René
Montreux publications
10, rue Thierry Le Luron
92592 Levallois Perret

amourcuisant a dit…

Chère Caroline, quel plaisir d'avoir votre visite !
Je suis fort reconnaissant au hasard qui vous a guidée jusqu'ici, et j'espère vous relire bientôt.
P.S. Dites, je suis passé à votre adresse mais je n'ai pas vu votre nom sur les sonnettes. Qu'est-ce que je fais pour le pot de confiture de roséine ? Je le confie à la concierge ?