samedi, novembre 08, 2008

On prend toujours un train pour quelque part

"On prend toujours un train pour quelque part
Un grand train bleu, un grand train blanc, un grand train noir",
disait la chanson d'Amade et Bécaud.
Qui n'a pas rêvé de prendre un train, par une belle après-midi, pour le Pays de l'Enfance, le pays de Zazie et de Bébert ? Un aller-retour, ni vu, ni connu, à la barbe du temps, promis, je serai de retour ce soir, non, j'ai pas oublié mon goûter.
Poussez la porte de la gare Stzuczki, asseyez-vous sur un banc de bois, et attendez. Un peu de patience. Le voilà ! Il n'est pas bleu, ni blanc, ni noir. Il est vert, comme les Tendres Paradis. En voiture ! Ne vous inquiétez pas, les soldats de plomb sont là, qui montent la garde, aucun risque d'erreur d'aiguillage. Les pigeons voyageurs font leur ronde, là-haut dans le ciel. Tout se passera bien. Bien sûr, quand le film sera fini, il faut vous engager à accepter le voyage de retour sans faire d'histoires. Mais après tout, rien ne vous empêchera d'y retourner, maintenant que vous connaissez l'adresse.
Je crois qu'Yves Robert aurait aimé ce voyage.

4 commentaires:

lilou a dit…

"Mais après tout, rien ne vous empêchera d'y retourner, maintenant que vous connaissez l'adresse."

Oui, maintenant que l'on possède l'adresse, mais surtout la clef du coffre aux souvenirs ou se trouve le secret pour refaire le voyage au Pays de l'Enfance.

Gros bisous a Toutes et à Tous,
Lilou

amourcuisant a dit…

Lilou, je crois que ce film vous plaira beaucoup :-)

cathy a dit…

Un film qui donne envi d'être vu.
Faire le voyage dans le temps et revivre des "fragments d'éternité"
Un voyage nécesssaire, fabuleux, à faire à deux..bien sur!

amourcuisant a dit…

Heureux qui comme Ulysse...