samedi, juin 20, 2009

Alice et Bernadette chez la Comtesse

Il faut le reconnaître : bien qu'elle ait fait les beaux jours de la Bibliothèque Rose, la Comtesse de Ségur est parfois plus proche de Charles Dickens que d'Enyd Blyton
. Lorsque Jean-Claude Brialy décida de porter "Un bon petit diable" à l'écran, il avait ce côté sombre à l'esprit. Mais lorsque l'on se retrouve pour le tournage en compagnie, entre autres, d'Alice Sapritch, de Bernadette Lafont et de Paul Préboist, il est difficile de rester sombre très longtemps. Qu'à cela ne tienne : adieu Horace Castelli, bonjour Marcel Marlier. On fera dans l'illustration optimiste. Mais attention : sans jamais tomber dans la mièvrerie. Le but est atteint. Le film qui sort en 1983 est léger comme une mousse aux fraises et tendre comme une brioche sortie du four. Les acteurs, à commencer par Paul Courtois, qui joue le petit Charles, s'en donnent à cœur joie, et le spectateur est vite gagné par leur bonne humeur. Bernadette Lafont incarne une Betty dont le naturel lumineux aurait quelque peu décoiffé au château des Nouettes.

Quant à Alice, elle compose une Mac'Miche inoubliable. Mais la composition comporte une épreuve. Alice doit donner une fessée au petit garçon. Et là : non ! Rien à faire. Ce geste est trop contraire à sa vraie nature. Mac'Miche a beau lever la main, Alice la retient. Dans ses mémoires anecdotiques, Jean-Claude Brialy
raconte comment les prises s'enchaînent sans que la fessée s'achève, puisqu'elle ne commence jamais. Alice, priée de se forcer, finit par passer outre son inhibition. Et finalement, au mot "Action !", elle laisse Mac'Miche prendre le dessus. Résultat : pas de demi-mesure, pas de faux-semblant. Une fessée "royale" (le qualificatif est de Jean-Claude Brialy, qui en fut le témoin privilégié), que personne n'attendait, à commencer par Paul Courtois, dont on peut imaginer qu'il en a gardé un souvenir ému, même si sur le moment il se serait sans doute passé d'un tel zèle, aussi impromptu que cuisant. Ce qui permet de conclure que dans ce film, même la fessée est d'anthologie.
"Un bon petit diable" est disponible en DVD chez Koba Films Vidéo.
Les mémoires de Jean-Claude Brialy, "Le ruisseau des singes", sont disponibles chez Robert Laffont.




















© Amour Cuisant va au cinéma 2009

2 commentaires:

lilou a dit…

Je ne connaissais pas cette anecdote sur l'oeuvre d'un bon petit diable.

Merci! Amour Cuisant et un gros bisou a vous de ma ville rose.

Lilou

amourcuisant a dit…

Lilou, je vous recommande le film.