jeudi, octobre 01, 2009

Lettre ouverte à Christina Pluhar et Laurent Voulzy, qui ne la liront probablement jamais.

Chère Christina,
Cher Laurent,

D'abord, je dois vous dire que je suis un de vos admirateurs. Toi, Laurent, ça fait une paye que je te connais, alors je me permets de te tutoyer. Vous, Christina, je vous ai découverte il y a quelques années, au festival de Sully-sur-Loire, où vous avez donné avec votre ensemble "L'Arpeggiata" un spectacle éblouissant. Mais je bavarde, je bavarde, et je vois que vous vous impatientez. Donc, venons-en au fait. Figurez-vous que, comme je vous aime bien, j'achète vos dixes. Oui, question de génération, je ne suis pas friand de ces morceaux compressés que l'on peut glaner sur la toile, je préfère les dixes. Par exemple, Christina, j'ai acheté en 2006 "Los Impossibles". Je me suis régalé et je me régale encore à l'écouter. Et voilà qu'il y a quelques jours, en flânant dans les allées d'un magasin de dixes, j'en vois un qui s'intitule
"Los Impossibles". "Tiens," me dis-je, "je connais ce titre." Je prends le dixe, en étudie le programme : pas de doute, c'est bien le même, avec une autre photo de couverture. Le même ? Ah non, pas tout à fait : il y a quatre titres nouveaux sur le CD. Donc, si je veux ces quatre titres sur CD, il faut que je rachète les quinze autres avec.
Génial, Christina ! Tout simplement génial !
Je dois vous dire, Christina, que Laurent est encore plus fort que vous. Lui, en général, c'est un seul titre inédit qu'il ajoute à une compilation ou à un disque déjà paru. Prenez "Avril", par exemple. Quand il est sorti, Laurent, ton disque, je l'ai tout de suite acheté. Et je ne l'ai pas regretté. Jusqu'au jour, ce devait être deux ou trois mois plus tard, où j'ai retrouvé dans les bacs le même "Avril", enfin pas tout à fait le même, puisque tu avais habilement ajouté un titre, un duo avec Alain Souchon, artiste que, tu t'en doutes, j'apprécie également beaucoup. Tu ne peux pas savoir comme cela m'a fait plaisir de voir que tu avais d'aussi bonnes idées commerciales.
Christina, Laurent, dites : tous ces gens comme moi, qui vous aiment bien et qui continuent imperturbablement à acheter vos dixes, vous n'avez pas l'impression, tous les deux, que vous les prenez un peu pour des ons ?
Votre dévoué,
Amour Cuisant


6 commentaires:

Correcteur orthographique automatique a dit…

Le mot est "diSQUe", pas "diXe". Vous avez fait la même erreur inadmissible à plusieurs reprises.
Par ailleurs, le pronom personnel "on", que vous utilisez à la fin de votre texte, est INVARIABLE.

amourcuisant a dit…

Correcteur orthographique automatique : é mon Q, C du poux laid ?

Nicole Aymonté a dit…

Un peu de tenue, s'il vous plaît !

Correcteur orthographique automatique a dit…

Attention : les mots "hibou", "genou", frzzzzzzzzz, "caillou", "bijou", "papou", frouiiiiikkj, "chouchou", kzuiiidk, "sapajoujou", frlfrlfruizt, ne se mettent jamais au pluriel, sauf quand ils ne sont pas au frouikjtzzz singulier krouitz pTOIIIIING !!!

ACTIONNAIRE PRINCIPAL a dit…

Bravo !
Vous vous étiez engagé à rédiger un article sur l'art de vivre à l'anglaise : vous avez apparemment oublié. Mais vous n'avez de toute évidence pas oublié de vous amuser. Résultat des courses : vous avez réussi à faire bugger le correcteur orthographique automatique. Alors j'ai deux choses à vous annoncer. La première, c'est que ce correcteur orthographique automatique n'est plus sous garantie. La seconde, c'est que je n'ai pas l'intention de vous en offrir un autre. Vous poursuivrez donc la rédaction de ce blog SANS correcteur.

Je souhaite bien du plaisir à vos lecteurs, s'il vous en reste.

amourcuisant a dit…

Pffffouuuuhhh... C'est pas juste. C'est toujours les mêmes qui prennent alors qu'on a rien fait.