lundi, décembre 06, 2010

L'ingénue

Elle avance dans la vie vêtue de probité candide et de lin blanc. Ou plus exactement, de coton blanc, matière qu’elle affectionne particulièrement, et même exclusivement en ce qui concerne ses dessous. Dessous pour lesquels elle est toujours restée fidèle à la marque de ces jours heureux où elle croyait au Père Noël, à Saint-Nicolas et au Père Fouettard. D'ailleurs, à vrai dire, elle n'a jamais cessé d'y croire.

Elle aime se promener presque dévêtue, et on a envie de lui dire de vite aller s’habiller, avant de prendre froid.

Aujourd’hui, c’est la Saint-Nicolas. Elle a préparé du chocolat bien chaud et des jean-bonhommes en brioche pour quatre heures. Mais ce n’est pas Saint-Nicolas qu’elle attend. Non, voyez-vous, elle attend le Père Fouettard : elle l’espère, elle le redoute, elle le désire. Elle lui a écrit une lettre qui est là, posée sur la table, entre les deux tasses, près des brioches. La lettre est entourée d’une jolie faveur rose. Qu’a-t-elle bien pu écrire au Père Fouettard, notre ingénue ? Est-ce une lettre d’excuse ? Une poésie ? Un billet doux ? Nous ne le saurons pas.

On frappe à la porte : il est temps de nous retirer sur la pointe des pieds.

Aujourd’hui, l'ingénue ne risque pas de prendre froid.


© Amour Cuisant 2010
Photographie : ?

4 commentaires:

Enjoy Life a dit…

Belle et délicate référence à Victor Hugo... Joli !

amourcuisant a dit…

Merci à vous :-)
Finalement, les "Choses vues" sont un blog avant l'heure, et quel blog !

Pastelle a dit…

Tiens, ça me fait penser que j'ai une effrontée pour toi. :)

amourcuisant a dit…

Pastelle, ton effrontée est de toute beauté :-)