dimanche, janvier 29, 2012

Au temps des Peaux-Rouges

En ce temps-là, la fessée faisait partie de l’environnement domestique au même titre que l’huile de foie de morue, ce que reflète bien sa représentation dans la quantité pléthorique de documents (publicités, cartes postales, etc...) reproduits dans ce livre. Représentation sur le mode humoristique dans la plupart des cas, le premier degré n’étant tout de fois pas absent et parfois même légèrement dérangeant. L’écrasante majorité des documents est d’origine anglo-saxonne au sens large, ce qui n’est sans doute pas sans signification. On y découvre cependant un étonnant bas-relief du château de Blois qui démontre s’il en était besoin que ce geste maternel marque l'esprit des artistes depuis belle lurette, ce qui n'a rien d'étonnant vu son caractère éminemment pittoresque. Pour en revenir à l'ancrage anglo-saxon des sources de ce livre, je ne me rappelle pas avoir vu dans mon enfance des publicités pour des produits courants tels que Vérigoud, Pschitt ou Mistral Gagnant mettant en scène la "fessée domestique" : sa représentation est d’ailleurs rare en France dans l’imagerie populaire, et dans le domaine publicitaire cette représentation fait plutôt référence sur le mode égrillard à la fessée amoureuse. Il reste que ce livre vaut le détour, ne serait-ce que pour son illustration de couverture, qui est d'ailleurs sans doute la plus joyeusement piquante de la collection offerte au lecteur.

Amour Cuisant joue au "Masque et la Plume" 2012.

4 commentaires:

Constance a dit…

Pour ce qui est de l'ancrage anglo-saxon, je peux apporter de l'eau à votre moulin par une petite anecdote: je regardais il y a quelque temps un vieil épisode du dessin animé Woody Woodpecker sur Gully (je n'ai plus l'âge mais j'ai su garder une âme d'enfant).
À la fin de l'épisode, le pic vert donnait à une maman dépassée par son fils insupportable un gros livre, intitulé "Manuel de psychologie infantile". Et en l'ouvrant, à l'intérieur du livre, elle trouvait une bonne brosse à cheveux dont elle se servait aussi tôt pour donner la fessée à son fils. Sachant que cet épisode ne devait pas dater de plus tard que le début des années cinquante, c'est tout à fait dans le ton des productions humoristiques de l'époque (et même à vingt cinq ans passé, ça m'a un peu perturbée quand même...)

amourcuisant a dit…

Bonjour Constance. C'est un plaisir de recevoir votre visite. Cette scène de dessin animé m'en évoque d'autres, notamment celle du début de Pinocchio (dans l'atelier de Gepetto). Et bien sûr aussi le célèbre dessin de Norman Rockwell. Il y a certainement une étude intéressante à faire de ce côté.

Constance a dit…

Tout à fait. Mais toute une vie ne suffirait pas à étudier tout ce qui a trait à la fessée!
Au fait, si vous voulez participer - virtuellement - à nos jeux, c'est le moment de faire des suggestions sur notre blog!
(mais bien sûr, il ne faut le faire que si ça vous amuse/ vous tente/ plaît/ inspire.)

amourcuisant a dit…

De ce pas je m'en vais suggérer !