lundi, mai 07, 2012

Batucada erotica

L'œuvre d'Apollinaire "Les onze mille verges" a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Éric Lipmann, sortie il y a bientôt trente ans. Il ne s'agit bien sûr pas d'une adaptation fidèle, d'ailleurs serait-elle possible ? Pour autant le film de Lipmann ne manque pas d'intérêt, ne serait-ce que par son anthologique scène d’ouverture, durant laquelle Yves-Marie Maurin, chef au “Crédit bancaire” d’une escouade de dactylographes redoutablement belles et court vêtues (au premier rang desquelles figure Marion Game) subit durant de longues minutes le feu nourri des armes du sexe faible au son de la “Batucada erotica” de Michel Colombier.

Dans la scène d’ouverture de “La horde sauvage” de Sam Peckinpah, des cavaliers avancent sur une route poussiéreuse. Ils passent à côté d’un groupe d’enfants accroupis autour d’une arène improvisée où ils ont enfermés deux scorpions condamnés à se confronter dans un combat à mort.

Caprice de la mémoire : la “batucada” s’est mêlée dans mon souvenir à l’image des cavaliers et du combat de scorpions, et j’ai été étonné de constater mon erreur à l’occasion d’une rediffusion télévisée du second film. Il m’a fallu attendre une rediffusion télévisée du premier pour redonner son juste décor à ce morceau.

Je n’ai pas demandé à mon inconscient pourquoi il avait établi cette correspondance, il ne m’aurait pas répondu de toute façon, étant très cachottier, ou s'en serait tiré avec une pirouette à propos d'éros et thanatos.

Et si un jour les sombres cavaliers passent de leur écran à celui des belles dactylographes ? Eh bien ils apprendront à faire l'amour au lieu de la guerre, pardi !
Le film d'Éric Lipmann n'a pas à ce jour été édité en DVD, mais il est possible de le visionner notamment sur Dailymotion.
Auteurs des photographies inconnus.

Aucun commentaire: